Une journée à Malo les bains

Les gens du Nord ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dans le ciel.

Quelle erreur !  Oui le soleil est dans le cœur, c’est vrai et vérifié.  Mais il est aussi dans le ciel.

Il suffisait pour s’en assurer d’être le 18 février 2018 à Malo les bains. Le CARNAVAL.

Une plage magnifique, « la plus belle du Nord » sans forfanterie, capable de rivaliser avec bien d’autres plages de l’Hexagone. Sable blanc et fin à perte de vue. Et un soleil à se bronzer sur la plage, un 18 février ! Presque trop présent pour les photographes dont les appareils sont vite saturés par les écarts de contraste.

   

Les « bandes », avec cuivres, tambours et chansons du folklore dont les paroles méritent attention, animent les rues. Pour accéder à leur parcours, protection contre les malfaisants oblige, il a fallu passer le contrôle. Une ambiance de folie sur la plage où l’on danse, dans les rues où l’on défile, aux fenêtres où l’on regarde (pas toujours !).

Tout le monde est déguisé, tout le monde prend plaisir, tout le monde boit, pas que de l’eau, un peu de bière aussi. La mer s’en souvient, il faut bien que les vessies se vident ! La nature a horreur du trop-plein. Tout le monde, ce sont les très jeunes, les jeunes, les moins jeunes et les très moins jeunes, dans la bonne humeur et la convivialité. On est là pour s’amuser et l’on s’amuse. Oublié, le quotidien. Il sera temps d’y replonger plus tard. Ce n’est ni le jour ni le lieu.

On se fait volontiers prendre en photo par quelques photographes venus d’ailleurs, qui détonent par leur tenue quelque peu triste : C’est le Sarcelles photo club qui s’est déplacé tôt le matin pour l’événement. Et ça mitraille. Les batteries chauffent, les cartes se remplissent. On est sollicité pour se faire tirer le portrait. On enverra les photos, promis, juré.

Mais Il est déjà 18h, il est temps de rentrer. La route est longue. Pourquoi ne pas coucher à Malo demande un fêtard ? Ça n’était pas prévu. Le Sarcelles photo club, (pardon : le « belllesimagesphotographies.com ») rejoint son nid. La fête, elle, continue…

jacques Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *